Monthly Archives: décembre 2014

En apesanteur

Cette semaine, je suis retourné à Miami. J’y avais déjà fait un passage éclair il y a quelques années, sur le chemin des Bahamas. Cette fois encore, je n’aurai pas eu le temps de découvrir la ville aux accents latinos, car j’y allais pour toute autre chose que son atmosphère, sa musique ou sa cuisine : j’y allais pour faire un vol en apesanteur. Plantons d’abord le décor : un appareil aux doux noms de G Force One. C’est un Boeing 727 modifié pour les vols paraboliques. Cet avion était, jusqu’à une période récente, consacré à la formation des équipes de la NASA. Les personnages, maintenant : une petite trentaine de participants, assis dans une salle de briefing, chacun arborant un uniforme d’astronaute. Chacun écoutant religieusement les instructeurs leur exposant le plan de vol, le détail du programme et les règles de sécurité. Action, maintenant. Les participants, de toutes nationalités (françaises, américaines, allemandes, et d’autres moins identifiables) embarquent à bord du Boeing et attachent leurs ceintures. Décollage, et chacun attend patiemment (d’accord, impatiemment) que l’appareil atteigne l’altitude nécessaire aux paraboles, soit plus de vingt mille pieds. Arrivés là, chacun rejoint la zone consacrée aux passages en apesanteur : une zone sans siège, entourée de filets de sécurité, et où les cloisons sont rembourrées pour limiter les heurts. Après la phase de « ressource d’entrée », où l’appareil s’élève avec une assiette de 47°, et où chacun pèse 1,8 fois son poids sur Terre, l’appareil atteint le sommet de la parabole et redescend. La gravité baisse soudain durant 22 secondes. Durant la première parabole, on éprouve la gravité sur Mars, soit un tiers de la gravité terrestre. L’impression est curieuse : je peux tenir en équilibre sur une main, sans difficulté. Lors de la seconde, on passe cette fois à la pesanteur lunaire, soit un sixième de l’habituelle ! Imaginez donc : on ressent ce qu’a ressenti l’équipe d’Apollo 11 en posant le pied sur la Lune ! Toutes les autres paraboles sont ensuite en gravité zéro : celle de l’espace intersidéral. Pourtant, on est loin du calme de l’espace, vous pouvez me croire ! Dans la cabine sécurisée, c’est la fête foraine. Une sacrée effervescence y règne. Certains dansent au plafond, d’autres sautent d’un mur à l’autre, certains enchaînent les poses, qui pour un selfie, qui pour une photo glamour. Quelqu’un renverse une boîte de confiseries, et ces dernières se mettent à flotter dans la cabine, et chacun se met en tête de les gober sans les mains. Ca se presse, ça crie, ça s’esclaffe. Le chaos total. Chaque parabole durant 22 secondes, chaque seconde compte. Après chaque passage en apesanteur succède un passage en hyper-pesanteur. Puis on attend deux minutes avant que commence la prochaine parabole. Hormis le temps, évidemment trop court, durant lequel on flotte, c’est l’expérience la plus incroyable qu’il m’ait été donné de vivre, et je peine à imaginer quelle activité pourrait surpasser celle-là. Si vous ne devez faire qu’une seule expérience insolite au cours de votre vie, c’est celle-là : elle n’est comparable à aucune autre ! Suivez le lien pour en savoir plus sur ce vol en apesanteur.

Peur en avion

Peur en avion ? Claire n’a pas pris l’avion depuis 10 ans. Une question d’argent ? Non, la trouille tout simplement. « Un jour, j’étais dans le métro et on s’est retrouvés coincés entre deux stations. J’ai eu une crise d’angoisse, raconte-t-elle. Depuis, ça s’est étendu au tunnel, aux ascenseurs et aux avions. » Pour surmonter sa phobie, elle s’est tournée vers le Centre de traitement de la peur en avion (CTPA) qui vient d’ouvrir ses portes. 9 % des Français ont peur Les stages du CTPA commencent toujours par un petit cours d’aéronautique. « L’objectif, c’est de répondre à toutes les questions pour dépasser les films catastrophe que tout le monde a en mémoire », explique Xavier Tytelman, ancien pilote et cofondateur du Centre. La formation se poursuit avec une séance de gestion de l’anxiété avec la psychologue Velina Negovanska. Enfin, le CTPA propose une séance de simulateur de vol pour comprendre ce qu’est le décollage, l’atterrissage, un vol en pleine nuit, etc. « 80 % des gens qui ont peur de l’avion répondent qu’ils ont besoin de garder le contrôle, reprend Xavier Tytelman. Le simulateur répond à cette demande. » Selon la Direction générale de l’aviation civile, 9 % des Français ont peur de l’avion. Source: Encyclopédie des avions.

Renouveau chez Marketing

La compagnie aérienne Etihad Airways a organisé une cérémonie spéciale pour accueillir son premier Airbus A380, son premier Boeing 787-9 Dreamliner – et présenter de nouveaux uniformes très vintage. Organisé à l’aéroport d’Abou Dhabi le 18 décembre 2014, l’évènement a célébré l’arrivée des deux nouveaux avions dans la flotte de la compagnie nationale des Emirats Arabes Unis, tous deux vêtus de la nouvelle livrée, quatre A380 et trois 787-9 devant être livrés en 2015. Le 150e superjumbo livré par Airbus est aménagé par Etihad Airways pour accueillir 2 passagers en Residence et 9 en Appartements de Première, 70 dans les studios de classe Affaires, et 417 en Economie, soit un total de 498 places. Elle a profité de l’occasion pour effectuer la première présentation publique de la Residence, d’une superficie de 11,6 m² et qui dispose d’un salon, d’une salle de douche séparée, et – autre première dans le secteur du transport aérien – d’un majordome dédié. L’A380 est également le seul appareil d’Etihad Airways à proposer le First Apartment, un « espace de vie avec un siège inclinable et une banquette qui s’ouvre pour devenir un lit séparé, totalement plat, de 204 cm de long ». air journal Etihad A380 new look flight 320×240 Nouveaux A380, 787 9 et uniformes pour Etihad Airways (vidéos)Après quelques vols de formation des équipages, l’A380 entrera en service commercial le 27 décembre entre Abou Dhabi et Londres-Heathrow. Les deuxième et troisième A380 seront également déployés vers Heathrow d’ici le 1er mai 2015, les trois rotations quotidiennes depuis Abou Dhabi étant alors opérées en superjumbo. Les quatrième et cinquième A380 sont prévus à partir du 1er juin, sur la ligne vers Sydney (départ 21h50, retour d’Australie le lendemain à 21h50) permettant à Etihad Airways de proposer la Route des Kangourous tous les jours en A380, puis sur celle vers New York. Etihad Airways en a commandé dix, et son PDG James Hogan a déclaré hier ne pas envisager d’en acheter d’autres. Le Boeing 787-9 Dreamliner est lui configuré pour accueillir 8 passagers en Première, 28 en classe Affairtes et 199 en Economie (235 places au total) ; la First Suite offre à ses clients « une suite améliorée disposant d’un mini-bar réfrigéré, d’une intimité totale et de sièges centraux qui peuvent s’assembler pour créer un lit double ». Etihad Airways rappelle que comme dans l’A380, la nouvelle classe Affaires Business Studio propose « des sièges plus larges, tous avec un accès à l’allée et se transformant en lit entièrement plat », tandis que l’Economy Smart Seat est « une première dans l’industrie et offre un confort inégalé aux passagers avec un nouveau repose-tête ergonomique, pour maximiser l’expérience de sommeil à bord ». James Hogan, President et Chief Executive Officer d’Etihad Airways, a déclaré : « comme nous l’avons fait tant de fois lors notre courte histoire, nous remodelons le paysage du voyage aérien à notre façon. C’est aujourd’hui l’aboutissement de nombreuses années de dur labeur et d’efforts assidus de centaines de personnes, tant au sein de notre compagnie aérienne qu’à l’extérieur. Avec le lancement de ces appareils, nous entrons dans une nouvelle ère inégalée de luxe, de confort et de service. Ces innovations représentent notre vision pour l’avenir ». Etihad Airways a également dévoilé un nouvel uniforme d’équipage de cabine lors d’un défilé de mode spectaculaire. Il s’agit du premier grand renouvellement d’uniforme depuis la création de la compagnie aérienne en 2003, intégrant les mêmes couleurs utilisées pour les intérieurs de cabines et la nouvelle livrée des appareils. Le défilé de mode a vu 22 des membres d’équipage d’Etihad Airways présenter le nouvel uniforme conçu par l’Italien Ettore Bilotta, inspiré de la nouvelle identité de la marque, « qui combine élégance, confort et practicité. Ettore Bilotta, en collaboration avec les divisions Guest Services et Guest Experience de la compagnie aérienne, a choisi un marron chocolat chaleureux comme couleur de base pour les différentes variantes d’uniformes. Une touche de violet profond a été ajoutée pour les équipages de cabine et le personnel des salons, et une note d’orange pour les équipes au sol et de Services Spéciaux ». Ce nouvel uniforme « dégage une élégance classique rarement vue dans les allées des appareils modernes. Il mêle subtilement des éléments incroyables de la haute couture des années 60 de Paris et Rome, aux modes plus contemporaines visibles sur les podiums de Londres, New York, Milan et Tokyo », explique la compagnie dans un communiqué. Leur lancement a été prévu pour coïncider avec l’arrivée dans la flotte de l’A380 et du 787-9, et « représente le grand final de ce qui aura été une année mémorable pour l’entreprise sur la scène mondiale ». Fabriqués en laine italienne à 100%, les uniformes affichent un motif jacquard délicat. Ils ont été créés dans différentes régions d’Italie et les finitions ont été apportées à Shanghai, Tunis et Bucarest, par une équipe entièrement dédiée d’approximativement 400 personnes. Chose unique, environ 30% de chaque tenue a été cousue à la main. Élégamment coupé et monté, chaque ensemble est facile à porter, souple et pratique, offrant aux équipages de cabine et au sol une liberté de mouvement dans l’exercice de leurs fonctions. Les femmes porteront un tailleur jupe, accessoirisé avec des gants, une ceinture, un chapeau et un foulard. Les chapeaux portés par les équipages sont maintenant plus aérodynamiques et ‘rétro’, inspirés par les stars emblématiques du grand écran hollywoodien et les dunes du désert émirati. Le nouveau style est classique et intemporel, rappelant les plus belles collections d’uniformes d’équipages de compagnies aériennes, dans l’apogée du voyage aérien international. Les membres d’équipage masculins porteront un costume trois-pièces et les hommes au sol un ensemble deux pièces. Les accessoires comprendront également une ceinture et des gants. Les agents des salons porteront de nouveaux uniformes de maîtres d’hôtel similaires à ceux portés par les maîtres d’hôtel à bord. Un trench classique ajoutera une touche d’élégance à toutes les variantes de l’uniforme et pourra être porté par tous les temps. Ce manteau léger, fonctionnel et pliable, permettra un transport facile. Tous les gants, foulards et cravates sont décorés de motifs géométriques recherchés et d’ornements. Le même niveau de détail est également visible sur les accessoires tels que les nouveaux sacs à main aux lignes délicates, fabriqués aux dimensions d’une tablette. Pour les majordomes, la compagnie a combiné le costume de majordome traditionnel britannique avec un nouveau design universel pour refléter le style moderne et mondialement reconnu d’Etihad Airways. Les couleurs de tissu utilisées pour cet uniforme sont un brun chaud pour les queue-de-pies et les cravates, de l’ivoire pour les pantalons et les gilets, et le blanc pour les chemises et les gants. Ces tons reflètent certaines des couleurs subtiles de The Residence by Etihad, ainsi que de la nouvelle livrée ‘Facets of Abu Dhabi’ de la compagnie aérienne. Ces nouveaux uniformes seront introduits à partir du 27 décembre et portés par les membres d’équipage et les équipes au sol d’Etihad Airways. Ils concerneront plus précisément les majordomes de The Residence by Etihad, les Chefs à bord de la Première classe, les maîtres d’hôtel de la classe Affaires, les Chefs de cabine, les membres d’équipage, les Nounous des Airs, ainsi que les équipes des aéroports et des salons.