Monthly Archives: octobre 2015

Cette peur irrationnelle de l’avion

Je me souviens d’un temps pas si lointain où je prenais l’avion en toute quiétude, sans m’inquiéter de tout ce qui pouvait mal tourner au cours du vol. Aujourd’hui, malheureusement, je ne pense plus qu’à ça. Je ne sais pas comment j’en suis arrivé là. C’est arrivé sans crier gare, au fil des nombreux vols que je suis censé prendre. Le moment du décollage, en particulier, est un moment que je redoute par dessus tout. Du coup, j’en suis venu (comme de nombreuses personnes, malheureusement) à combiner alcool et Lexomil avant l’embarquement pour minimiser cette inquiétude. Ce qui ne m’empêche pas d’écouter chaque vibration lors du vol. Me forcer à monter dans l’appareil est devenu de plus en plus délicat à chaque vol. Maintenant, pour vous donner une idée de mon état : je passe mon temps à observer les membres de l’équipage pour savoir s’ils ne cachent pas un danger aux passagers ! Bien sûr, je sais bien que ce n’est pas tout à fait rationnel. Les sermons rationnels n’ont donc en toute logique pas le moindre effet sur moi. Quand une personne me signale que c’est le moyen de transport le plus sûr du monde, j’ai seulement envie de lui broyer la tête contre le hublot en lui dressant la liste de tous les accidents aériens auxquels on a eu droit depuis le début de l’année. Car quoiqu’on en dise, la différence entre l’avion et la voiture reste tout de même de taille : en cas d’accident terrestre, vous avez de bonnes chances de vous en sortir en vie ; mais si cela arrive en avion, vous avez toutes les chances de finir en bouillie ! Un accident d’avion ne laisse généralement aucun survivant. Mais bon, en définitive, j’ai décidé de combattre cette phobie. Pour une raison bien simple : si je ne peux plus prendre l’avion, je perdrai vraisemblablement mon boulot. Il est plus que temps que je surmonte cette peur. J’ai découvert un site consacré à la peur en avion et songe même à participer à un de ces fameux stages censés se libérer de cette phobie. En espérant que l’expérience soit vraiment efficace… Pour en savoir plus, allez sur ce site d’information contre la peur en avion.

Easyjet recrute 30 000 personnes

La compagnie aérienne low cost easyJet se prépare à recruter d’ici fin 2016 quelques 310 pilotes et 830 hôtesses de l’air et stewards, en mettant un accent particulier au recrutement de femmes pilotes. Elle a d’autre part renouvelé sa confiance à Recaro en commandant 30 000 nouveaux sièges pour ses Airbus. Alors qu’elle inaugurait le 14 octobre 2015 à l’aéroport de Londres-Gatwick son nouveau centre de formation « The easyJet Gatwick Academy », la spécialiste britannique du vol pas cher a annoncé une nouvelle vague d’embauches pour accompagner sa croissance. Les bases londoniennes de Gatwick, Luton, Southend et Stansted ainsi que celles de Belfast, Bristol, Edimbourg, Glasgow, Manchester et Newcastle accueilleront pendant les douze prochains mois 1140 nouveaux employés, répartis environ entre 310 pilotes et 830 PNC. Les candidats intéressés doivent se connecter à son site « Nous recherchons des gens qui sont autant passionnés par l’aviation que par le service à la clientèle. Nous sommes pleinement engagés à promouvoir de nouveaux talents et il y a de nombreuses perspectives d’évolution », déclare dans un communiqué la directrice générale d’easyJet Carolyn McCall, ajoutant que la compagnie « fournit un plan de carrière transparent pour les pilotes avec la possibilité de passer plus rapidement que dans d’autres compagnies du grade de copilote à celui de commandant ». D’ailleurs d’ici un an 200 PNC deviendront chefs de cabine, et 140 pilotes seront nommés commandant de bord. Au-delà, la low cost offre la possibilité de devenir instructeur ou d’intégrer les équipes de direction. EasyJet explique qu’elle investit dans son personnel et lui fournit une formation « en majorité maison » pour son entrainement, son apprentissage ou son développement. En plus des nouveaux pilotes et PNC, elle gère aussi en interne la formation continue annuelle d’environ 7000 navigants. Dont 60% qui passeront désormais par la nouvelle académie de Gatwick, les autres restant dans les installations actuelles de Luton. « The easyJet Gatwick Academy » représente un investissement de 2,7 milliards de livres, et sera chargé également de la formation des pilotes basés dans le reste de l’Europe (France, Allemagne, Pays-Bas, Italie, Portugal et à partir de 2016 Espagne). Une nouvelle initiative a d’autre part été lancée hier par easyJet pour augmenter le nombre de femmes pilotes, avec comme première phase doubler d’ici deux ans le nombre de candidates. A ce jour, un peu plus de 5% des 2500 pilotes de la low cost sont des femmes, « dans la moyenne de l’industrie », et elles sont 6% parmi les candidats ; ce dernier chiffre doit passer à 12% d’ici deux ans, espère easyJet qui a dévoilé sa stratégie pour y arriver. Cela passera entre autres par promouvoir la profession auprès des filles dans les écoles et autres organisations de jeunesse ; soutenir les associations favorisant l’accès des écolières et étudiantes aux matières telles que les maths, la technologie, l’ingénierie ou les sciences ; ou offrir tous les ans dix prêts de 100 000 livres garantis par easyJet à des femmes aspirant à devenir pilotes. Mais aussi renforcer les actions en internes pour favoriser l’accès des femmes pilotes au rôle de commandant de bord ou aux postes de direction, ou faciliter les emprunts pour la formation sur A320 de femmes pilotes originaires d’autres compagnies aériennes.