Monthly Archives: novembre 2016

El Al se lance dans le low-cost

La compagnie aérienne El Al a à son tour annoncé la création d’une filiale low cost, nommée UP, qui débutera ses opérations au printemps prochain. Basée à l’aéroport de Tel Aviv – Ben Gurion, la nouvelle compagnie spécialisée dans le vol pas cher opèrera à partir du 30 mars 2014 des vols vers cinq destinations, avec un aller simple au départ d’Israël proposé à partir de 69 dollars : Berlin sera desservie jusqu’à 11 fois par semaine, tout comme Prague, Kiev et Budapest, tandis que Larnaca au droit à jusqu’à six rotations hebdomadaires. UP disposera initialement de cinq Boeing 737-800 configurés pour accueillir 36 passagers en classe Premium et 144 en Economie (pas d’écran vidéo individuel). Les réservations doivent ouvrir dans les semaines qui viennent. Deux types de tarifs seront proposés aux passagers d’UP : UP Basic, où tout est payant sauf le bagage cabine de 6 kilos, et UP Smart incluant un bagage en soute, l’enregistrement gratuit, l’accès au salon King David à Tel Aviv, choix du siège selon les disponibilités, services à bord et bien sûr une grande flexibilité pour les modifications ou annulations de réservation. Les passagers membres du programme de fidélité Matmid pourront accumuler des miles sur les vols de UP, mais à taux réduit. Le prix de lancement à 69 dollars est valable vers Prague et Budapest, les vols vers Berlin Kiev et Larnaca étant proposés à 100 dollars. A compter du 1er juillet 2014, ces tarifs passeront respectivement à 100 dollars vers Prague et Budapest, 139 vers Larnaca et « 175 dollars en général ». Ces cinq routes serviront de test avant le lancement d’autres liaisons. Le PDG d’El Al Elyezer Shkedy a déclaré : « nous lançons aujourd’hui une marque nouvelle et dynamique, UP, qui est une déclaration de renouveau et répond à l’évolution des besoins du monde de l’aviation. Nous rejoignons la tendance de l’aviation internationale et les majors, tout en restant attentifs aux préférences variées des passagers »

Low-Cost cherche pilote

« Si on pouvait faire du low-cost avec les règles de fonctionnement d’une compagnie traditionnelle, cela se saurait ! (…) Il n’est donc pas possible d’aller travailler chez Transavia aux conditions d’Air France, sauf à tuer Transavia. » Le patron d’Air France-KLM, Alexandre de Juniac – passé directement de la direction du cabinet de Christine Lagarde, ministre de l’Économie de Sarkozy, à Air France en 2011 – a au moins le mérite d’être clair : le développement de la filiale à bas coût d’Air France passera par une dégradation des conditions de travail, ou ne se fera pas Transavia France, créée en 2007, devait au départ fonctionner comme une compagnie charter, affrétant des avions en dehors des vols réguliers pour des voyagistes par exemple. Avec la crise que traverse Air France depuis 2008, la direction a changé de stratégie et décide d’en faire une compagnie à bas coût. En économisant notamment sur le personnel. Les pilotes en grève depuis plus d’une semaine demandent un contrat unique pour les pilotes d’Air France et de Transavia. La direction refuse, proposant seulement de reculer le lancement de Transavia de trois mois. Les pilotes craignent aussi une délocalisation des emplois. Car Air France veut développer des bases de Transavia dans d’autres pays d’Europe, avec du personnel employé aux conditions locales. « Nous prévoyons de commencer dès le mois d’avril prochain avec trois premières bases en dehors de la France et des Pays-Bas, puis six l’année suivante. Nous ne dirons pas où, pour ne pas donner d’indication à la concurrence. Pour chacune de ces bases, nous emploierons des personnels sous contrat local, comme le prévoit la réglementation européenne », précise Alexandre de Juniac aux Échos.