Monthly Archives: décembre 2017

Que des avions!

Fan d’avions de chasse, il en est une sorte qui me fascine plus que toute autre : les B-2. Même si vous n’avez aucune connaissance en aviation, vous reconnaîtriez ceux-là entre mille : ils se distinguent des avions classiques par leur forme, réduite à une paire d’ailes. On les considère d’ailleurs davantage comme des ailes volantes que des avions. Les B-2 sont des appareils étonnants, à tout point de vue. Longs de 21 mètres pour une envergure de 52 mètres, ils sont conçus pour un équipage de 2 à 3 personnes. Mais ce qui les distingue de tout autre appareil, c’est surtout leur rayon d’action, de plus de 12 000 kilomètres ! Les B-2 peuvent frapper à n’importe quel endroit du monde cars ils sont conçus pour pouvoir effectuer des missions de 50 heures. Une cuisine, des toilettes et un coin « couchage » sont même installés à bord ! Ces petites merveilles firent d’ailleurs la preuve de cette capacité en 1999 lors de leur engagement durant la guerre du Kosovo. 49 opération de bombardements de cibles yougoslaves furent ainsi menées sans escale depuis leur base américaine, les vols durant à chaque fois une trentaine d’heures. En 2001, une B-2 effectua sur l’Afghanistan la plus longue mission d’avion de combat. En 44 heures, il décolla du Missouri, effectua sa frappe, fit une escale technique sur la base de Diego Garcia dans l’Océan indien, retourna traiter une seconde cible puis retourna aux Etats-Unis ! Le seul problème du B-2 vient de la fragilité de ses revêtements extérieurs qui impose de les laisser stationnés sous hangar. Des abris démontables et pressurisés ont donc été prévus pour les déploiements loin de leur base de Whiteman (Missouri). Pour avoir une idée de leur taille, un seul hangar nécessite 29 rotations de C-130 Hercules ! Depuis 1989, 75 000 heures de vol en 14 000 missions ont été réalisées. Un seul accident est à déplorer, celui du « Spirit of Kansas » qui percuta la piste au décollage le 22 février 2008 : l’ordinateur de bord avait reçu des informations erronées de la part des capteurs extérieurs. Les pilotes purent heureusement s’éjecter. Malgré cet événement, le rapport incident/heures de vol/missions de combat reste exceptionnel, preuve de la grande fiabilité des B-2 qui doivent normalement rester opérationnels… jusqu’en 2058. Mon rêve ultime ? Décoller à bord d’une de ces merveilles. Ou ne serait-ce que visiter le cockpit de ces ovnis. Il existe bien des prestations de vol en avion de chasse un peu partout dans le monde, mais aucune qui propose un vol en B-2. Et vu le prix de ces merveilles, il est peu probable qu’elles tombent un jour dans le domaine civil et soient employées pour nous distraire. Suivez le lien pour en savoir plus sur le site de vol en avion de chasse – se fait sur L-39..