Exercices aériens en Corée

L’exercice de tir organisé ce samedi intervient quatre jours après que la Corée du Nord a procédé à son premier lancement d’un missile balistique intercontinental (ICBM). Des bombardiers américains ont effectué samedi en Corée du Sud un exercice de tir en forme de démonstration de force, en volant près de la ligne de démarcation inter-coréenne. Le ministère de la Défense sud-coréen a assuré que cet exercice visait à «réagir sévèrement à la série de lancements de missiles balistiques de la Corée du Nord», le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. Quatre chasseurs-bombardiers américains et sud-coréens ont participé à cet exercice, mené dans le comté de Yeongwol, à quelque 80 km au sud de la frontière inter-coréenne. Les bombardiers lourds à longue portée ont lâché des munitions hautement perforantes guidées par laser, de 2000 livres (907,1 kilos) chacune. Des munitions inertes de la gamme Pilsung, précise un communiqué américain. L’exercice simulait la destruction par deux bombardiers américains de batteries de missiles balistiques ennemies, tandis que des chasseurs-bombardiers sud-coréens effectuaient une série de frappes d’une précision croissante contre des postes de commandement souterrains ennemis. «Grâce à cet exercice, les forces aériennes sud-coréennes et américaines ont démontré leur détermination à sévèrement sanctionner l’ennemi pour ses actes provocateurs et leur capacité à pulvériser les postes de commandement de l’ennemi», indique le communiqué. Mercredi déjà, les Etats-Unis et la Corée du Sud avait répliqué à l’essai historique du régime nord-coréen en tirant simultanément des missiles balistiques lors d’un exercice qui simulait une attaque contre le régime communiste. Le ministère américain de la Défense a ajouté vendredi qu’il comptait tester bientôt son bouclier antimissile (Thaad) en Alaska.

Comments are closed.