Prendre l’avion pendant le Covid

Pour revenir progressivement à une vie normale, le Pakistan assouplit ses restrictions en matière de distanciation sociale et a levé son verrouillage. En ce qui concerne l’industrie aéronautique, le pays devrait assouplir ses restrictions en matière de transport aérien et reprendre ses activités de transport aérien de passagers. Selon la Civil Aviation Authority (CAA), le Pakistan a repris ses vols internationaux à partir du vendredi 30 mai. À l’exception des aéroports de Gwadar et Turbat, les compagnies aériennes nationales et internationales reprendront leurs opérations régulières à partir de tous les aéroports internationaux du pays. Cette décision a été prise une semaine après qu’Islamabad a levé son interdiction des vols intérieurs. En mars, alors que le nombre de cas de coronavirus augmentait de façon exorbitante, le pays avait décidé de suspendre tous les vols internationaux dans l’intérêt de la sécurité des passagers et de freiner la propagation de ce virus mortel.

Compte tenu de la levée des restrictions de voyage, il est impératif que le risque de voyager en avion soit minimisé. La probabilité qu’un individu obtienne infecté est directement lié à la durée d’exposition et au nombre de gouttelettes contaminées par le virus dans l’air. Avec le vol, comme avec d’autres modes de transport, la principale source de préoccupation serait de maintenir la distance requise de six pieds d’une personne infectée. Ceci est particulièrement lourd surtout dans les cas où un individu est asymptomatique. Pour éviter la propagation de cette contagion, la première mesure à prendre est de veiller à ce qu’il n’y ait pas de grandes foules dans les aéroports comme c’est la norme au Pakistan. Dans le but de renverser la tendance contre ce virus, des précautions particulières doivent être prises avant de monter à bord de l’avion, lors de l’enregistrement des passagers, en attendant au salon de l’aéroport, en passant par la sécurité, ainsi qu’en débarquant en s’appuyant sur l’essentiel tel que comme désinfectants, masques et sacs à fermeture éclair en plastique.

De plus, pour les vols internationaux sortants, les directives de sécurité de Covid-19 doivent être suivies. Les aéronefs doivent être désinfectés et des mesures adéquates pour il faut prendre des mesures pour limiter la propagation de ce virus – notamment en équipant le personnel de cabine de masques de protection et en veillant à ce que les passagers soient suffisamment espacés, en utilisant ainsi une capacité d’avion minimale. Pour assurer une distance sociale d’au moins six pieds, chaque siège alternatif doit être occupé, le siège du milieu étant laissé vacant. Dans le même ordre d’idées, les passagers sont assis dans chaque rangée alternative de l’avion. Malgré ces mesures, la transmission du virus est susceptible de se produire lorsque les passagers quittent leur siège pour visiter la salle de bain, pilotage avion Cannes récupérer leurs effets personnels dans les cabines ou même lorsqu’ils se lèvent pour une marche occasionnelle juste pour se dégourdir les jambes. Un autre problème tout aussi pressant est d’être potentiellement contaminé par des objets tels que les ceintures de sécurité, les plateaux de siège, l’accoudoir partagé et la poignée des toilettes. Si vous voyagez avec les jeunes, des couvertures adéquates doivent être portées et le respect des normes d’hygiène appropriées doit être respectueux. Pour les personnes âgées ainsi que celles ayant des problèmes de santé préexistants, tout déplacement non essentiel doit être complètement évité.

Pour minimiser l’exposition au risque en vol, la méthodologie à deux volets «Hiérarchie des contrôles» peut être adoptée. Cela dépend principalement de stratégies visant à contrôler l’exposition à la source et à limiter l’interaction humaine. Même si la décision de reprendre le transport aérien a été prise pour répondre aux besoins de vol de la population, il est important de garder à l’esprit que seuls les voyages extrêmement cruciaux devraient être effectués. Le site Web des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommande,

«Vous restez chez vous autant que possible et pratiquez la distance sociale» et «évitez tout voyage international non essentiel à cause de la pandémie de Covid-19».

Pour réduire le taux de transmission du virus, il est impératif que des mesures de protection, y compris une désinfection agressive et des routines de nettoyage approfondies soient suivies et que les voyages en avion ne soient adoptés que lorsqu’ils sont absolument inévitables. À moins qu’ils ne soient jugés essentiels, les voyageurs devraient gravitent vers les voyages sur la route car ils offrent moins de risques d’exposition et de transmission de virus. En renforçant les recommandations rationnelles, il faut limiter les interactions sociales, réduire les contacts avec les personnes atteintes et rester à la maison pour freiner la propagation active du virus au sein des communautés.

Pour une nation qui ne respecte pas les mesures de verrouillage, comme en témoigne le nombre total de patients confirmés affectés par Covid-19 augmentant avec le temps, il serait trop optimiste de supposer qu’ils respecteraient des mesures de précaution en matière de santé et d’hygiène pendant les voyages en avion. Quoi qu’il en soit, les voyageurs devraient être conscients de la tolérance au risque et des inconvénients et devraient prendre des précautions supplémentaires pour assurer la sécurité individuelle et collective. À leur arrivée, certains pays et États exigent de respecter une exigence de quarantaine de 14 jours, dont les contrevenants peuvent être condamnés à une amende pouvant aller jusqu’à 5 000 $ ou même à purger une peine de prison. Étant donné que cette pandémie est loin d’être terminée, une position définitive sur le moment où le transport aérien deviendrait sûr et dépourvu aucun risque ne surviendrait que lorsqu’un vaccin est finalement développé et pas plus tôt que cela.

Comments are closed.